Je ne parle pas aux cons...

..ça les instruit. Cette réplique de film m’est revenue à l’esprit quand je tente parfois d’émettre un commentaire sur Facebook (ou ailleurs), sur des sujets qui me tiennent à cœur. Je ne prétends nullement avoir toujours raison, mais au moins je prétends réfléchir, ou parfois vouloir tirer un trait féroce sur une actualité via un humour s’élevant parfois au niveau inaccessible à certains du second degré.

Exemple : Alors que je voyais circuler des “like” sur certains “articles” (avec des guillemets, tant on trouve à boire et à manger sur internet) concernant le conflit en Ukraine, ses conséquences et la guerre des représailles économiques en cours entre les USA, l’Europe et la Russie, j’ai vu que la Russie aurait envisagé de fermer son espace aérien aux vols “occidentaux”. J’y ai mis mon petit commentaire en disant que vu le niveau de compétence des contrôleurs aériens russes (j’ai vu un reportage terrifiant montrant qu’au moins une partie d’entre eux ne parle pas anglais) et le taux d’alcoolémie des militaires contrôlant les missiles anti-aériens (genre Buk, qui ont abattu un avion civil en faisant 298 morts en juillet 2014), ça me semblait plutôt une bonne nouvelle pour la sécurité aérienne. Bon ok c’est pas très gentil envers les Russes, mais on sait qu’ils sont impliqués auprès des séparatistes pro-russes en Ukraine, et j’ai également souvent vu et entendu les commentaires de journalistes assez inquiets face aux militaires russes en d’autres occasions, car leur alcoolisation était manifeste.

Que n’ai-je pas reçu comme réponse ! Que les polonais étaient aussi des buveurs de vodka, qu’ils ne savaient pas non plus parler anglais, et qu’ils étaient à la botte des Etats-Unis (en termes moins choisis). Or ces réponses sont stupides car au lieu de tenter de me prouver que j’avais tort, ils se contentaient d’une attaque ab hominem et surtout hors de propos, car je ne suis pas polonais, je suis français de pure souche, comme mon nom l’indique. Malgré mon incommensurable envie de leur rentrer dedans, des les insulter, de pirater leur page FB, j’ai pris le temps de respirer un peu et j’ai fini par décider de supprimer mon commentaire, ce qui impliquait d’effacer leurs réponses, afin de ne point leur laisser d’espace pour exprimer les propos imbéciles.

Ce n’est pas la première fois qu’une telle mésaventure m’arrive ; les idiots restent bloqués sur leurs certitudes et leur haine, et quand on voit également que près de la moitié des avis de consommateurs sur internet sont biaisés, j’en viens à me demander à quoi bon s’échiner à poster des commentaires sur le web, ou à laisser son avis sur les sujets que l’on connaît ou qui nous intéressent. Comme disait Bertrand Russel : “L’ennui dans ce monde, c’est que les idiots sont sûrs d’eux et les gens sensés pleins de doutes.” Et qu’à force de baisser les bras comme moi, face à l’impossible tâche qui serait non pas de convaincre mais seulement lancer une vraie discussion, on risque fort de laisser le champ libre et ouvert à la pure bêtise et à l’ignorance.