Vote électronique

Comme tout démocrate qui se respecte, je suis contre le vote électronique. Pour plein de raisons que je développerai quand j’en aurai le temps. Et si même le FBI qui ne connaît rien[1] à l’informatique s’en inquiète, ça veut dire qu’il y a de quoi être inquiet. Symantec a prouvé la faisabilité d’une attaque en rachetant une machine à voter numérique, en utilisant un petit Raspberry Pi[2].

Par ailleurs, des machines à voter quasi-trouées ont été utilisées aux Etats-Unis[3] : à se demander pourquoi les Russes se sont cassé la tête pour influencer les élections de 2016 alors qu’il était si simple de trafiquer les machines à voter électroniques[4]. Pour ceux qui veulent des détails, un rapport complet publié suite à la conférence DEFCON de juillet 2017 est accessible[5], et il est édifiant :

By the end of the conference, every piece of equipment in the Voting Village was effectively breached in some manner. Participants with little prior knowledge and only limited tools and resources were quite capable of undermining the confidentiality, integrity, and availability of these [voting] systems.

Cela dit, le Department of Homeland Security a annoncé qu’au moins 21 États avaient vu les responsables locaux de l’élection présidentielle ciblés par des cyberattaquants[6] identifiés comme étant de nationalité russe, et ce avant le déroulement des élections. S’il semble que l’attaque mentionnée n’a pas abouti, rien n’est dit sur les systèmes de vote.

Lien externe

Rapport du Sénat : http://www.senat.fr/notice-rapport/2013/r13-445-notice.html