C’est la guerre ?

Je ne parle pas des nord-coréens qui ne pensent qu’à détruire cette méchante Amérique qui fait rien que les embêter. Je parle de ce que la « cyberguerre » est désormais une réalité si tangible qu’elle est l’objet de discussion et même d’un projet de traité au sein des Nations-Unies. Or il semble que le sujet soit si sensible que treize années de négociations n’ont pas pu aboutir[1]. Point de traité donc, notamment parce que certains pays souhaitent que le cyberespace reste en dehors des conflits et que sa militarisation (c’est-à-dire la définition de ce que serait une attaque et une réponse dans ce cybermonde) risquerait de conduire à de réels conflits armés[2]. L’intention est évidemment bonne, mais l’effet ne sera-t-il pas au contraire une escalade des conflits dans cet espace au mépris de toute règle ? Les attaques informatiques peuvent avoir un impact économique (et donc humain) majeur, et l’absence de principes ou de contrôles pourrait tout au contraire exacerber les tensions et conduire également à de vrais conflits militaires.

A lire : « Cyberwar: A guide to the frightening future of online conflict » (ZDNet).